Au Bon Maurepas La coopérative solidaire

Ainsi se nomme la coopérative de restauration-traiteur rennaise, sur le quartier de Maurepas. Ce  territoire compte 55 % de familles monoparentales, un taux de chômage de 30 %, et une vie de quartier entravée par le manque de commerces de proximité : autant d’obstacles qui auraient pu  freiner l’envie d’entreprendre des habitants. C’était sans compter sur le potentiel dont ils font preuve et d’une vie associative foisonnante !

Un portage tripartite

Ce projet de restauration collective est porté par trois structures :

-TAg 35 pour Territoires Agiles 35, accompagne et  développe l’entrepreneuriat collectif en Ille-et-Vilaine

–  Elan Créateur, coopérative d’activités et d’emploi (CAE) pour le département 35

–  Et RESO Solidaire, le pôle de développement de l’ESS dans le pays rennais

A l’origine, une étude d’opportunité menée entre 2015 et 2016 sur le quartier avait dévoilé le potentiel de la filière alimentaire en ces lieux. Par ailleurs, un premier voyage au Québec en 2010 avait permis à une délégation rennaise de s’appuyer sur le savoir-faire québécois pour exporter le modèle des coopératives jeunesses de service, mises en place depuis 2013 en France.

Le modèle coopératif était donc déjà maîtrisé par le groupe rennais. En 2016, ce voyage a été renouvelé et a permis de découvrir d’autres initiatives, notamment portées sur la filière alimentaire. S’inspirant de ces différentes expériences, l’idée de  monter une coopérative de territoire liée à des activités de restauration-traiteur sur ce quartier de 10 000 habitants émerge en 2017.

Une coopérative locale  oui, mais pour quoi faire ?

Cette coopérative éphémère ouvre ses portes de  septembre 2017 à octobre 2018. L’idée est de proposer à une douzaine d’habitants d’expérimenter la création, la gestion et le fonctionnement collectif d’une entreprise de restauration-traiteur sur leur quartier.

Le restaurant  s’inscrit dans ce que l’on appelle une « coopérative  territoriale d’émancipation professionnelle » : Le Bon Maurepas permet à des personnes d’un même quartier de tester collectivement une activité de restauration-traiteur et d’y créer du lien social.

Ainsi, pendant quatre mois une douzaine d’habitants ont pris possession de la cuisine du pôle associatif de la Marbaudais au cœur de Maurepas, servant jusqu’à 50 repas chaque midi, quatre jours par  semaine. En outre, une activité de traiteur a été proposée.

Forte de son ancrage local, les emplois créés à cette occasion sont non délocalisables, et permettent aux habitants du quartier de se pencher sur la question de l’entrepreneuriat collectif. Ce dernier peut en effet être une réponse aux freins de l’entrepreneuriat individuel : les risques et les bénéfices sont partagés entre les coopérateurs.

Ce projet a mobilisé douze personnes sans projet professionnel prédéfini. Aucune condition d’âge, d’expérience ou de diplôme n’est exigée : seule l’envie de s’impliquer dans une expérience d’entrepreneuriat coopératif, de découvrir le secteur de la restauration, de tester une nouvelle orientation professionnelle compte.

Les coopérateurs  bénéficient d’un statut de salarié dans le cadre d’un CAPE (contrat d’appui au projet d’entreprise) géré par Elan  créateur. Ils acquièrent des compétences dans les  métiers de bouche mais aussi dans le fonctionnement et la  gestion d’une entreprise.

Encadrés par des accompagnateurs professionnels, notamment un coach professionnel spécialiste de la création-insertion, ils produisent, vendent et gèrent le restaurant à travers trois commissions  (marketing, finances et ressources humaines). Le coach les a suivis pendant deux mois après la fin de  l’expérimentation pour les orienter vers les dispositifs existants à Rennes et dans la métropole : Mission Locale, We Ker, Pôle Emploi…

Un Conseil d’Administration a aussi été  formé. Au-delà de la cuisine et du service, les coopérants ont  élaboré les menus et déterminé les prix des repas,  s’occupant de l’approvisionnement dans des commerces du quartier, de la négociation des prix, de la gestion des stocks…

Comment ce projet  s’inscrit-il dans le  développement  économique du quartier ?

Ce projet apporte plusieurs types de réponses :
–  la création d’une entreprise coopérative gérée au  quotidien par les habitants, accompagnés par un  cuisinier professionnel et un développeur gestionnaire d’entreprise coopérative ;

–  l’accompagnement des coopérants dans leur émancipation professionnelle pour mieux choisir leur projet  personnel et professionnel (emploi, formation,  entrepreneuriat) ;

–  l’offre à destination des salariés et entreprises implantées sur le quartier, des habitants et des associations et institutions du quartier, Pour faciliter l’accès des  habitants du quartier à ce service, un tarif réduit est proposé aux détenteurs de la carte gratuite « Sortir ! » dont  l’accès est défini sur critères de ressources. Cette idée a  permis de passer d’une clientèle résidant sur le quartier de  seulement 10%, à 40% ! –  l’approvisionnement du restaurant-traiteur auprès des commerçants du quartier et de producteurs de proximité.

Une coopération au cœur du fonctionnement

Les partenaires du projet sont l’Etat et les Collectivités (politique de la ville, Etat, Département, Métropole, Ville), Caisse des Dépôts et Consignations, Maison de l’Emploi, Mission Locale, Cités Lab, Direction de Quartier, des entreprises et associations du quartier (Super U, Eaux du Bassin Rennais, Adapt, Apras, Centre Social…)

« Vivre et travailler au quartier :  l’idée est de développer le quartier  par l’implication de ses habitants. » Laurent PRIEUR, Directeur de TAg35

Des résultats plus  qu’encourageants

Sur ces quatre mois, pas moins de 1 500 repas ont été  servis par la coopérative éphémère, ce qui témoigne de l’engouement pour ce projet de territoire. A terme,  l’objectif visé est de créer et pérenniser un restaurant- traiteur coopératif sur le quartier de Maurepas à partir de 2018-2019. A retenir

–  une coopération s’appuyant sur des ressources pré- existantes au projet ;

–  l’entrepreneuriat collectif comme levier d’insertion : «  tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ! »;

–  impliquer les habitants en les rendant acteurs du projet et pas seulement consommateurs ;

–  valoriser la pédagogie de l’apprentissage par  l’expérience : le test « grandeur nature » d’une activité est celui qui permet la meilleure performance en termes  d’atteinte des objectifs.

Chiffres clés :

– 12 habitants de Maurepas, sans projet professionnel au départ

– 1500 repas servis Ouverture

– 4 jours par semaine

Repères :

Association

Lieu : Quartier Maurepas à Rennes

Thèmes : Entrepreneuriat collectif, Restauration Action : coopérative éphémère d’habitants

Contact :Assia AICH Directrice de TAg 35 assia.aich@tag35.bzh

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi