Les Prix Cités Cap : des initiatives récompensées pour le développement économique des quartiers

Le 5 juin 2018 au Couvent des Jacobins de Rennes, collectivités, entreprises, entrepreneurs des quartiers, économie sociale et solidaire, institutions publiques, habitants s’étaient donné rendez-vous pour faire avancer le développement économique des quartiers populaires. Une programmation riche, orientée sur de nombreux temps d’échange, a permis de mettre en lumière des initiatives innovantes, parfois singulières, en faveur des quartiers. Ce partage d’expériences reconnues pour leurs impacts économiques et sociaux participe au développement des quartiers.

A l’occasion de cette journée, pas moins de 8 Prix ont été remis à des projets ayant un impact positif sur leur quartier.


Providence Ecole 2Conduite (Rennes) // Prix BNP Paribas

Providence Ecole 2Conduite est une auto-école en plein coeur du Blosne, destinée aux jeunes, dont le quartier regorge, mais aussi plus généralement aux habitants du quartier. Au vu du nombre de projets le concernant, le Blosne est un quartier à fort potentiel économique. Aussi, il regorge d’une population très jeune, qui a besoin de soutien autant dans la formation que dans l’insertion pour mieux avancer dans la vie active. Le permis de conduire reste un impératif important dans le projet d’indépendance du jeune. Ancienne habitante du quartier du Blosne, Marguerite KOUAKOU est partie de ce constat pour initier ce projet. Elle souhaite répondre à ces besoins en proposant une offre adaptée. L’auto-école est actuellement en phase de projet. L’ouverture est prévue d’ici à la fin de l’année 2018.

La Grenouille à Grande Bouche (Rennes) // Prix Harmonie Mutuelle

La Grenouille à Grande Bouche est un restaurant participatif ouvert le midi en semaine. Il s’accompagne d’une revue bimestrielle participative, locale, culinaire et littéraire, d’événements festifs tous les 2 mois, mais aussi d’ateliers et de stages de découverte (culinaires, sensoriels, d’écriture…). La GGB permet de soutenir le développement économique du quartier du Blosne en répondant à un fort besoin en restauration sur le quartier, ainsi qu’en lien social. En salle, en cuisine, à la rédaction, chacun peut venir donner 3h de son temps et ainsi contribuer au développement économique du quartier du Blosne. Le bénévolat ne nécessite ni compétence particulière, ni engagement de longue durée et est ouvert à tous.

Métallotropes (Saint-Brieuc) // Prix Caisse des Dépôts

Ce projet vise à la réalisation de mobiliers urbains très grands formats, s’inspirant des jouets optiques du 19ème siècle (expérience inédite en France et en Europe). La fabrication se fait dans le cadre d’une formation annuelle dans les métiers de la métallurgie. Ils sont ensuite installés sur l’espace public au coeur de la ville, comme véritables supports d’attractivité du territoire et d’animation culturelle et artistique. Il contribue à l’insertion, la formation et l’emploi des populations des quartiers politiques de la ville. Jeunes en rupture, chômeurs longue durée…

« L’ambition de développement économique dans les quartiers est en premier lieu de réduire les inégalités en terme d’accès à l’emploi, à la formation, à l’excellence »,

explique Stéphane L’HER, directeur de l’association Le Cercle qui porte le Métallotrope. Il participe aussi à l’amélioration ou la restauration d’une image positive des quartiers, par des initiatives singulières et valorisantes. Il implique à la fis le secteur professionnel, des associations culturelles, mais aussi le secteur de l’insertion : le montage financier du projet se montre d’ailleurs original de par cette diversité de partenariats.

Nov’ita (Vannes) // Prix Région Bretagne

Nov’ita est un projet s’inspirant des expérimentations Territoire Zéro Chômeur, sur le quartier de Ménimur. Grâce aux talents des demandeurs d’emploi, elle répond à des besoins non ou mal satisfaits sur ce territoire par le secteur marchand, dans une logique partenariale, de non concurrence avec le tissu économique local. Les activités développées s’appuient sur les talents des demandeurs d’emploi : couture, aide à la personne humaniste, lutte contre la fracture numérique, mise en place d’une recyclerie, etc… Selon Sandrine Berthier, initiatrice du projet :

« L’objectif final est de redonner confiance aux personnes éloignées de l’emploi en leur offrant un CDI à temps choisi, dans le domaine qui leur plaît ou en les formant, d’améliorer l’économie du quartier, de le dynamiser et d’en donner une image positive. »

L’association, actuellement en création, deviendra à terme une Société Coopérative d’Intérêt Collectif dans un an. « Les élus sont déjà impliqués, nous partons maintenant à la rencontre des entreprises du quartier et des demandeurs d’emploi. »

Lav Ecosoli (Saint-Herblain) // Prix Veolia

Concidaire, la conciergerie solidaire du quartier Sillon de Bretagne, développe une station-lavage auto à la fois écologique et solidaire. Le projet ouvrira ses portes en septembre 2018. Il s’inscrit dans une vision de développement économique du quartier, permettant à la fois un désenclavement de ce territoire, mais aussi l’insertion de ses habitants. L’offre est par ailleurs segmentée en fonction des ressources des utilisateurs.

« Plus il y aura d’activités économiques, plus on désenclavera le quartier dont le taux de chômage est le plus fort de tous les QPV de l’agglomération nantaise. Un projet comme le nôtre doit être viable compte tenu de la zone de flux attachée au Sillon-de-Bretagne et à la route de Vannes »,

explique Serge LÉGER, président de l’association Concidaire. La station-lavage permettra l’insertion pour deux personnes au départ, avec une augmentation des effectifs prévue à moyen terme selon l’évolution du projet. D’autres implantations pourraient être envisagées, à terme.

Cité SWAG (Saint-Nazaire) // Prix Rennes Métropole

Silène Habitat, bailleur social, a repéré que l’emploi et la formation des jeunes des quartiers était l’une des causes principales de leur mal-être. Fort de son réseau et de ses nombreux partenariats, Silène a décidé d’agir en mobilisant le tissu économique local : l’objectif était de mener une action concrète en faveur de la rencontre entre les jeunes et des employeurs en recherche de nouvelles pépites. 3 demi-journées sportives ont d’abord permis des rencontres des jeunes autour de matchs de football pour créer du lien. Puis Silène leur a ensuite proposé des « jobdating » avec les entreprises partenaires afin d’offrir des opportunités de stage, d’emploi et d’information sur les métiers pour ces jeunes.

« L’objectif est aussi d’amener les entrepreneurs locaux à reconnaitre la valeur des résidents des QPV »,

explique Gaël LE PINIC, responsable du pôle St-Nazaire Nord chez Silène Habitat. Ces 4 éditions ont permis à plus de 100 jeunes de trouver un contrat, un stage ou une formation.

Coopérative de restaurant (Brest) // Prix RésO Villes

Dans le domaine culinaire, plusieurs habitants de Pontanezen à Brest, accompagnés par des structures socio professionnelles ou d’aide à la création d’entreprise étaient intéressés par un projet de développement économique et de mutualisation de leur savoir-faire. Le projet consiste à accompagner les habitants en mettant à leur disposition des outils pour leur permettre de tester la viabilité économique de leur projet professionnel. Il vise à développer une nouvelle forme de mobilisation vers l’emploi, la formation et à favoriser la création de micro-activités. Au-delà de la valorisation des compétences et savoir-faire, le projet va permettre aux bénéficiaires de dégager des ressources financières issues de leur activité. Ce projet à dimension territoriale est fait par mais aussi pour les habitants.  La dimension santé est également prise en compte : repas équilibrés et variés. La coopérative de restaurant participera à rendre le quartier plus attractif.

Au Bon MauRepas (Rennes) // Prix RésO Villes

La Coopérative éphémère Au Bon MauRepas, à Rennes, propose à une quinzaine d’habitants du quartier de Maurepas à Rennes d’expérimenter la création, la gestion et le fonctionnement collectif d’une entreprise de restauration-traiteur sur leur quartier. Ils acquièrent ainsi des compétences dans les métiers de bouche mais aussi dans le fonctionnement et la gestion d’une entreprise. Encadrés par des accompagnateurs professionnels, ils produisent, vendent et gèrent le restaurant.

Juin 2018