Tiers Lieu « Ponta Pique et Coud », Pontanezen, Brest

Un tiers-lieux créateur de liens sociaux

« Ponta Pique et Coud » est un tiers-lieu d’échange et de partage autour de la couture et du loisirs créatifs au cœur de Pontanezen.

Présentation du projet :

Corinne Le Gall, présidente de « Ponta Pique & Coud » a créé cette association après avoir rencontré un groupe de couture et de loisirs créatifs au centre social « Horizons » à Pontanezen. En animant des ateliers de couture à des prix attractifs (5€ par trimestre), elle a souhaité développer ce projet au travers d’une association pour que ses envies se concrétisent et pour répondre au besoin présent. En effet, une vingtaine de membres souhaitent accéder à des machines, n’ayant pas les moyens d’investir ou les utilisant de manière ponctuelle.

Avec David Raguénès, secrétaire de l’association et Mounir Bouazza, trésorier, Corinne Le Gall souhaite créer un lieu d’échange et de partage, à partir d’activités de couture et loisirs créatifs dans le quartier de Pontanezen. Ce tiers-lieu mêle bibliothèque et espace de coworking pour deux ou trois particuliers et professionnels de la couture. Cet espace est disponible sur réservation.

Aussi, des cours de loisirs manuels sont prévus deux fois par semaine avec 4 participants maximum et sont animés par Corinne Le Gall ou un.e bénévole. Ils sont destinés surtout aux débutants. L’ensemble des adhérents peuvent accéder à divers équipements liés à la couture, hormis le tissu et le fil, tels que des machines à couture, surjeteuse, recouvreuse… Un ordinateur et du wifi sont également disponibles. Aussi est née l’idée d’une boutique de créateurs afin d’exposer les réalisations.

L’ensemble de ces offres se font dans une ambiance chaleureuse autour d’un café ou d’un thé. L’objectif est de réunir tous les passionnés de création dans un endroit convivial et dans une ambiance reposante en vue de créer des liens entre habitants tout en favorisant le mélange culturel et intergénérationnel.

Partenaires du projet et parties prenantes :

Afin d’élaborer ce projet, l’association a connu le soutien de différents partenaires.

CitésLab a permis à l’association d’être accompagnée sur les différentes étapes à réaliser. Ce dispositif intervient en amont du processus de la création d’entreprise, au stade de la détection et de l’amorçage. La détection permet de repérer les projets potentiels et l’amorçage a permis d’accompagner Corinne Le Gall à s’exprimer sur ses envies, à rechercher des idées et à formuler un pré-projet.Ce dispositif permet à l’association d’être accompagné et de mûrir le projet. Des questionnaires ont été réalisés dans le cadre d’Elle’Révèle afin de faire un diagnostic sur les besoins du quartier en terme de couture. CitésLab intervient en complémentarité avec les services d’accompagnement à la création d’entreprise existants.

Tag29 est un dispositif permettant d’accompagner de potentiels créateurs d’entreprises socialement innovantes. L’outil « idéateur » permet de conseiller les personnes encore au stade de l’idée et qui ne sont pas sûrs de se lancer dans la création d’une entreprise. Il s’agit de vérifier l’opportunité de l’idée, de bien comprendre ce qu’implique de devenir entrepreneur et de formaliser un véritable projet de création d’entreprise. Corinne Le Gall a bénéficié de cet accompagnement en particulier sur le modèle économique du projet. Le modèle associatif, plutôt que celui de l’entreprise, lui a été  conseillé afin de tester dans un premier temps l’activité et de la concrétiser rapidement.

BGE29 a été également un soutien important pour faciliter le développement du projet. En partenariat avec Pôle Emploi, Corinne Le Gall a bénéficié sur une durée de 3 mois, d’Activ’ Créa afin de l’aider à l’élaboration de Ponta Pique et Coud. Un diagnostic, un accompagnement individualisé et un bilan ont pu être établis.

Enfin, le centre social Horizons a soutenu le projet dès le début et la mairie de l’Europe et la ville de Brest mettent à disposition un local sur le quartier de Pontanezen. Ce local est prêté et permet à l’association de n’avoir que les charges à payer.

Un modèle économique à définir

Financement de l’action :  

Actuellement, le modèle économique de l’association reste encore à définir.

Afin que le projet soit viable économiquement, l’association proposera des adhésions entre 50€ et 70€ l’année pour les différentes prestations. Le paiement en plusieurs fois sera possible permettant de rendre l’activité accessible au plus grand nombre. Pour les non-adhérants, il sera possible d’accéder au tiers-lieux pour 4€ de l’heure. Les cours sont au tarif de 15€ par personne par séance. Enfin, une cagnotte à prix libre sera à disposition pour l’espace café.

l’enjeu pour Corinne Le Gall est de pouvoir ouvrir un poste si cela fonctionne et de se salarier.

Le projet a-t-il rencontré des difficultés dans sa mise en œuvre, et si oui, lesquels ?

Ce projet est ambitieux : les membres de l’association travaillent sur la mise en œuvre de l’association depuis un an et demi afin de tout imaginer et construire : organisation, locaux, financements…. Ainsi, plusieurs difficultés ont été exposées.

Le modèle économique de l’activité a du être défini. L’équilibre économique dépend du taux de remplissage et donc de l’attractivité du lieu. Corinne Le Gall souhaitait faire de « Ponta Pique et Coud » son activité et monter sa propre entreprise. Cependant, la complexité a été de trouver un local situé dans le quartier de Pontanezen : tous sont réservés aux associations et non pas aux entreprises car ce sont des espaces, des m² « sociaux ». Ainsi, le projet de réaliser une entreprise n’a pas pu voir le jour et c’est le modèle associatif qui a été retenu. Un local est donc prévu au sein du quartier.

Enfin, Corinne Le Gall explique : « Les organismes porteurs de créateurs sont nombreux (BGE29, TAG29, CitésLab’) et l’accompagnement du projet n’a pas toujours été simple. Un accompagnement par un organisme du début à la fin de la mise en œuvre du projet aurait été préférable ».

Zoom sur les tiers-lieux

Les tiers-lieux sont des espaces physiques répondant aux nouvelles formes d’organisation du travail. Lieux situés entre le domicile et l’espace de travail, ces nouveaux espaces de travail permettent également d’offrir un lieu de vie, de rencontres et de partage, contribuant ainsi à la vitalité des territoires ruraux, des villes moyennes, des métropoles ou des quartiers de la politique de la ville.

Ces espaces collaboratifs permettent la mise en place de coworking, campus connecté, atelier partagé, fablab (laboratoire de fabrication), garage solidaire, ou encore de friche culturelle. Ils peuvent également accueillir des services hybrides. Espaces d’échanges, ils permettent la création de liens sociaux grâce aux rencontres informelles et favorise le faire ensemble. Cela favorise la créativité et les initiatives de projets collectifs.

Un tiers lieux nécessite d’avoir un salarié spécifique sur l’animation du lieu et des liens. De plus, le modèle économique peut être varié. Le financement peut se faire par le revenu des activités propres, par des subventions publiques ou par des financements privés.

Des conseils pour essaimer cette idée ?

  • Etre accompagné d’organismes porteurs de projet (Cités’lab, BGE, TAG…)
  • Se créer un réseau d’acteurs locaux, une communauté
  • S’approprier divers outils d’aide à la mise en place du projet tel que « Wiki créa », facilitant la création d’entreprise
  • S’outiller afin de mettre en place un modèle économique viable
  • Être bénévole

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi