Retour sur la journée Entreprises et Quartiers – le 9 novembre à Saint-Brieuc

Accueillie par l’Agglomération et la ville de Saint-Brieuc, cette rencontre visait à questionner les modalités d’implication des entreprises dans les quartiers et à présenter des bonnes pratiques en matière de soutien au développement économique des quartiers.

La Charte Entreprises et Quartiers, levier de développement économique et social

Au niveau national, la Charte « Entreprises et quartiers » contribue au rapprochement entre entreprises et quartiers. Quatre ans après son lancement, cette dernière a été signée par près de 1000 acteurs économiques. Si les approches emploi et insertion sont plutôt bien engagées, la dimension économique reste encore mal appréhendée alors qu’elle est placée au premier plan des contrats de ville.
Au niveau local, la Charte reste souvent confidentielle faute d’animation. Le montage de cette journée a été l’occasion de valoriser des initiatives qui parfois ne se connaissent pas et qui pour autant préfigurent des relations d’avenir pour le développement économique de ces territoires. Les exemples ci-après donnent des pistes d’actions opérationnelles pour animer des coopérations innovantes envers les quartiers.

Ressources

CGET – Animateur national de la Charte Entreprises et Quartiers
Guide pratique
– Déclinaison de la Charte Entreprises et Quartiers
En Bref
– Une Charte levier de développement économique et social

Réseaux d’entreprises qui animent en local la Charte Entreprises et Quartiers
–    FACE
–    Les Entreprises pour la Cité

Entrepreneuriat et territoire : un duo gagnant !

Le Crédit Agricole des Côtes d’Armor développe, depuis 2013 une démarche de Responsabilité Sociétale ambitieuse et volontariste qui s’articule à travers quatre axes stratégiques : Gouvernance et développement économique et social du territoire, Responsabilité environnementale, Ethique et Satisfaction clients, Responsabilité Sociale.

« Si tout le territoire va bien, cela profite à l’entreprise, son activité, ses fournisseurs, ses clients »
Yvon CABIOCH, chargé des activités «  Mutualisme et Territoire » au Crédit Agricole
Laurence FALKENSTEIN, Directrice d’Avant Premières

Le CA 22 agit sur son territoire notamment en soutien à l’écosystème économique de l’éducation à l’entrepreneuriat à l’hébergement d’entreprises (Boutique starter), en passant par l’accompagnement des porteurs de projets. C’est dans cet volonté d’agir concrètement que le CA 22 soutient, avec d’autres entreprises, les Coopératives de Jeunesse de Services (CJS) et l’expérimentation des Coopératives Jeunes Majeurs (CJM) portées par la Coopérative Avant Premières, le Cercle et le Pôle ESS. L’animation d’un comité locale de partenaires économique et jeunesse permet un maillage, une interconnaissance pour agir de concert au développement des projets des CJS / CJM. Le partenariat avec le Crédit Agricole s’inscrit dans ce prolongement avec la création d’un fonds de dotation pour imaginer de nouvelles relations avec les différents partenaires.

« Entreprendre pour Apprendre » son environnement économique

Entreprendre pour Apprendre (EPA) est une association qui accompagne de jeunes collégiens durant une année à la création de mini entreprises. Les jeunes pousses sont accompagnées par des chefs d’entreprises qui leur prodiguent conseils et ouverture sur leur environnement économique.

S’engager en tant que parrain c’est saisir une belle opportunité, celle de travailler avec des femmes et des hommes qui, dès demain, participeront à l’avenir de nos territoires.
Frédérick BOUSQUIÉ – Dirigeant Aktinéo, Catalyseur d’innovation et de talents

Margot et Mathias deux jeunes dirigeants de DELI Sta ont développé une barre de céréales innovantes à base de spiruline ou de grillons. Pour eux cette expérience leur a permis de développer de nouvelles compétences en se confrontant à la réalité d’une entreprise.

Les jeunes ne deviendront pas des entrepreneurs le lendemain ; l’idée est plutôt de faire découvrir le monde de l’entreprise, de les sensibiliser à leur environnement économique, au travers d’expériences concrètes.
Mathilde EMERY, coordinnatrice d’EPA Bretagne dans les Côtes d’Armor

Développer les outils de financement en direction du territoire

Fonds de dotation ACC’ESS

ACCESS est une mini fondation qui offre un outil pour appuyer des initiatives entrepreneuriales d’utilité sociale du territoire briochin. Animé par le Pôle de développement de l’ESS Rich’ESS. ACC’ESS permet d’associer des entreprises locales en leur permettant de contribuer au développement des Coopératives Jeunesses de Services et des Coopératives Jeunes Majeurs. Le fonds de dotation est un outil juridique qui permet aux entreprises de défiscaliser leur contribution. L’ouverture du fonds de dotation aux porteurs de projets oblige le fonds Acc’ESS à se questionner sur ses différents niveaux de développement sectoriel et territorial, ainsi que dans ses modalités de soutien notamment en envisageant des pistes telles que des auto saisines thématiques, de nouvelles modalités d’intervention (garanties, fonds d’amorçage de projet).

« Les problématiques des quartiers sont très intéressantes pour le développement des entreprises. Pour développer les entreprises de demain, les jeunes des quartiers sont une ressource. »
Patrice HÉNAFF, Directeur TAg 22

Emploi et insertion : Les entreprises du réseau FACE impliquées !

Lancé en 2014, par la Fondation FACE, le programme TEKNIK vise à faire redécouvrir les métiers techniques et industriels aux jeunes via un dispositif de médiation culturelle innovant. Forte de près de 260 entreprises membres de son réseau, FACE est résolument engagée dans cette action éducative unique en France aux côtés d’organisations conscientes des enjeux autant que de leur impact social, plus particulièrement sur les territoires de la Politique de la Ville et dans les Réseaux d’Education Prioritaire (REP et REP+) mais également en zone rurale.
Afin de proposer une médiation innovante, le projet TEKNIK croise 3 univers : acteurs de l’orientation scolaire, opérateurs et experts de la CSTI et les petites et grandes entreprises identifiées sur 16 champs industriels en tension
Sur le bassin rennais ce sont 160 interventions auprès de 1000 élèves qui ont mobilisés plus de 40 interventants.

Visites terrain

Le Métallotrope / Urbanotrope – Des jeux optiques urbains éducatifs

Le Métallotrope est un projet un peu fou de créer grandeur nature des jouets optiques du 19ème siècle pour en faire du mobilier urbain unique au monde, capable de concourir au dynamisme territorial. L’originalité du projet réside également dans sa capacité à :

-Proposer une action expérimentale de formation professionnelle et d’insertion
-Encourager auprès de la population, des dynamiques d’actions culturelles collectives
-Susciter le développement de projets d’éducation à l’image, par la diffusion artistique

Ce projet est né de l’envie et la détermination de plusieurs partenaires : l’Association Le Cercle, l’organisme de formation CLPS, le CFA de Saint-Brieuc, l’association More, la Société Métafer.

Le déclenchement de cette expérimentation est lié notamment au financement par la Région Bretagne de l’Action Territoriale Expérimentale (ATE) qui a permis d’accompagner 10 stagiaires dans un projet personnalisé. La formation s’est répartie entre 70h de stage en entreprises et 210 heures en chantier école.

Le projet a su séduire des partenaires économiques comme la fondation A2I pour son caractère innovant en termes de promotion des métiers de la métallurgie, AG2R, et la Caisse des Dépôts ainsi que les collectivités locales.

Le projet se découpe en 4 phases : De la création d’un modèle réduit à l’implantation sur le territoire.

Les facteurs de réussites selon les promoteurs du projet sont :
–    une idée originale qui rencontre des problématiques locales
–    l’intelligence collective
–    une réponse adaptée aux besoins du territoire
Découvrez le projet

La Fabrique d’Initiatives Citoyennes (FIC)
Une fabrique d’initiatives citoyennes à vocation à mobiliser l’ensemble des leviers et des ressources du territoire pour donner un nouveau souffle à un lieu d’accueil du public, comme une MJC, un centre social ou une maison de quartier, et lui permettre de devenir un acteur au cœur du développement du lien social et de la citoyenneté. La fabrique intervient sur :
-le renforcement du lien social et de la citoyenneté de proximité ;
-le dialogue intergénérationnel et interculturel ;
-l’engagement bénévole, la prise d’initiative et l’auto-organisation des citoyens ;
-la créativité et l’innovation sociale.
La FIC de SAINT Brieuc, unique en Bretagne a été lancée en 2016 par la Régie de Quartier, l’association UnVsti et la MJC du plateau et le Centre Social. La FIC a permis d’instaurer une démarche partenariale. Réunis au sein d’un comité technique, les partenaires accompagnent au montage du projets, aide à l’achat de matériels, appuient la communication pour accompagner les initiatives des habitants du quartier du plateau. Doté d’une enveloppe financière, la FIC permet d’appuyer financière des projets tels que l’installation d’un coiffeur social, psychologue solidaire, boucherie, auto école ou bien le garage social présenté ci-après.

Découvrez les Fabriques d’Initiatives Citoyennes


Le Garage Social du quartier du Plateau

L’idée de départ est simple : Mohammed et Aziz Maatougui, habitants du quartier du quartier du Plateau, proposent aux habitants du quartier en difficulté financière, de réparer leurs véhicules à un prix abordable ; chacun payant en fonction de ses revenus.

La création du garage répond aux besoins de mobilité pour les habitants des quartiers mais qui n’a pas toujours était compris des professionnels du territoire qui l’ont vu comme une concurrence déloyale.
Pour mener à bien ce projet, les frères Maatougui ont dû reprendre leur formation pour certifier leurs compétences et l’équivalence du diplôme. La Régie a joué le rôle de porteur administratif en les embauchant en CAE pour leur permettre de suivre une formation longue financée par l’OPCA. La recherche d’un tuteur, n’a pas été aisée. Il aura fallu aller chercher un mécanicien hors du territoire pour certifier les compétences des jeunes professionnels.

S’inscrivant dans une logique de mentorat la Régie de Quartier et l’association UnVsti ont porté le projet administrativement notamment pour aider les porteurs de l’initiative dans les montages des différents aspects du projet (formation, technique, humain) et avancer les moyens financiers nécessaires au lancement de l’activité.