“Territoires zéro chômeur”, la fabrique de l’emploi

Et si contre le chômage, on n’avait pas tout essayé ? Depuis bientôt deux ans, dix “Territoires zéro chômeur longue durée” expérimentent un nouveau concept de lutte contre l’exclusion. Le principe : réaffecter à la création d’emplois ce que coûte le chômage, notamment en prestations sociales. Économiquement viable ?

Emmanuel Macron l’a annoncé en septembre, dans le plan de lutte contre la pauvreté : l’expérimentation “Territoires zéro chômeur longue durée” sera étendue. Depuis bientôt deux ans, dix zones rurales ou urbaines, testent ce dispositif imaginé par ATD Quart Monde. Sont but ? Sortir durablement de la précarité toutes les personnes sans emploi depuis au moins un an sur un périmètre donné.

La méthode ? Proposer des CDI, à temps choisi, payés au SMIC. L’idée est de partir des compétences des chômeurs, d’étudier les besoins du territoire et de mettre en place des activités qui correspondent. Cela peut aller de l’épicerie ambulante à l’aide aux démarches administratives, en passant par l’entretien d’espaces verts. Des activités qui ne doivent pas entrer en concurrence avec les entreprises locales. Plus de 600 emplois ont ainsi été créés depuis début 2017.

La grande originalité réside dans le financement du système. Le principe est de réaffecter à la création d’emplois ce que coûte le chômage (RSA, CMU, manque à gagner fiscal…), soit environ 18.000 euros par an et par personne. Des ressources complétées par les revenus tirés des activités mises en œuvre. Au delà des subventions, il y a une vraie logique d’entreprise.

Presque deux ans après le lancement de l’expérimentation, quel premier bilan en tirer ? Le modèle est-il économiquement viable ? Permet-il une réinsertion durable des exclus du marché du travail?

“Territoires zéro chômeur, la fabrique de l’emploi”, c’est un reportage d’Hélène Fily.

A écouter sur France Inter

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi