Le Réseau des élus contre les discriminations

Réunis en réseau depuis 2016, des élus s’attèlent à mettre en place dans leur collectivité des politiques transversales de lutte contre les discriminations. Conseillère municipale à Rennes et vice-présidente de la métropole, Geneviève Letourneux a présenté la démarche à Localtis, alors que l’enjeu des discriminations a été mis en avant le 22 mai dernier lors de l’événement de mobilisation à l’Elysée pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville.   


Une cinquantaine d’élus, représentant 31 collectivités (1), appellent à “mettre à l’agenda politique la question de la prévention et de la lutte contre les discriminations”. Signataires d’une charte rédigée en 2017, ils forment un “réseau des élus locaux mobilisés contre les discriminations” qui a vu le jour en 2016. “C’est une question minorée qui est rarement portée par un premier adjoint”, explique Geneviève Letourneux, conseillère municipale déléguée aux droits des femmes et à l’égalité de la ville de Rennes. Le réseau dont elle fait partie appelle à sortir de la “posture de déni”. “Il est facile de s’en tenir à une position déclarative”, poursuit-elle. “On est tous a priori contre les discriminations, mais si on ne fait rien, on les entretient.”

“Il y a une dimension d’affichage : la collectivité ne ferme pas les yeux”

Les collectivités sont d’abord directement concernées par cet enjeu en tant qu’employeurs. “Le concours, les grilles indiciaires, tout ça ne garantit pas la non-discrimination”, selon l’élue municipale, également vice-présidente de Rennes Métropole en charge de la cohésion sociale et de la politique de la ville. La ville et la métropole de Rennes se sont ainsi dotées d’un “plan d’actions employeurs” et ont mis en place dans ce cadre une cellule d’alerte animée par deux assistantes sociales. “Il y a une dimension d’affichage : la collectivité ne ferme pas les yeux. Et au-delà, chaque situation est traitée”, précise Geneviève Letourneux. Pour cette dernière, “il ne suffit pas de sensibiliser, il faut aussi s’équiper pour apporter des réponses”.
C’est l’idée du “circuit” qui permet à la collectivité d’agir à différentes étapes, en prévention, mais aussi à travers des modalités concrètes de recueil de la parole et d’accompagnement des personnes. Il s’agit de mettre fin le plus rapidement possible à des situations de harcèlement et de discrimination, de trouver si possible des réponses internes à la collectivité. La stratégie rennaise prévoit également des actions de formation, ainsi que des processus destinés à garantir l’absence de discrimination dans le recrutement et l’avancement […]

Lire la suite sur Localtis

Crédit photo : Y. Peucat / Geneviève Letourneux