Rennes – Lampadaire

Lampadaire est une instance partenariale de réflexion et d’échange entre professionnels de la santé mentale et de l’action sociale.


Les objectifs en santé

L’accompagnement et la prise en charge des personnes souffrant de maladies mentales est plus difficile dans les quartiers prioritaires. En effet, le non-recours aux soins, la plus faible densité des professionnels de santé, l’isolement des personnes et les faibles revenus sont autant de freins à la prise en charge des maladies.

Le dispositif lampadaire se décline en temps d’échanges réunissant plusieurs acteurs en contact avec un habitant malade. Ces réunions permettent de réfléchir à des comportements à adopter pour aider la personne souffrante. Les proches de la personnes concernée, les professionnels sociaux et médicaux présents dans ces réunions; partagent leurs compétences pour trouver des solutions adaptées aux patients.
Centre national de ressources et d’appui aux Conseils Locaux de Santé Mentale, Santé mentale et politique de la ville : enjeux et leviers – Santé Mentale et Quartiers Prioritaires, quels enjeux ?, 2017

Présentation du projet

Lampadaire s’est constituée en 2004 a été à l’initiative du Centre Médico-Psychologique (CMP), suite à réflexion engagée dans le cadre de l’Association pour la Promotion de l’Action Sociale (APRAS).

Cette instance regroupe des professionnels, tant médicaux que sociaux de diverses structures présentes sur Maurepas. Elle compte 7 membres permanents : une assistante sociale et une infirmière du CDAS de Maurepas, une assistante sociale, un cadre de santé et un médecin psychiatre au CMP Saint-Exupéry et une infirmière à Capucine au centre psychothérapique de l’enfant de La Mettrie.

Les professionnels se réunissent lorsqu’il faut résoudre une situation bloquée dans laquelle un patient avec des troubles de santé mentale a une conduite à risques pour lui, ou/et pour ses voisins (accumulation de déchet, agressivité, nuisance sonore …). Le patient est absent de cette réunion et n’est pas au courant qu’un temps d’échange est dédié à son cas.

Les objectifs sont de permettre aux professionnels de s’éclairer mutuellement, d’explorer de nouvelles pistes de travail et de définir une stratégie concertée pour intervenir auprès des publics concernés dans le respect de chacun.

Suite à cette rencontre, un assistant social communique avec l’individu en souffrance psychique. Ainsi, si la solution la plus adaptée est l’hospitalisation, c’est au professionnel de lui annoncer.

Structuration et format de l’action

La réunion se fait au Centre Médico-Psychologique (CMP) Saint-Exupéry au moins une fois par semestre lorsqu’il y a une situation de blocage.

Les bailleurs sociaux ayant peu de contact direct avec les professionnels de santé profitent de ce dispositif pour se munir d’outils pour résoudre les problèmes de leurs locataires.

Financement de l’action

Il n’y pas de financement particulier pour Lampadaire. Les protagonistes s’impliquent sur leur temps de travail.

Mobilisation des acteurs

Les membres permanents viennent systématiquement aux réunions de Lampadaire. En fonction du cas traité, d’autres acteurs en contact avec le patient sont invités à participer aux réunions.

Repères

Structure porteuse : Instance partenariale
Lieu : Maurepas, Rennes
Temporalité : Une réunion au moins une fois par semestre lorsqu’il y a une situation de blocage.
Thème : Santé Mentale
Action : Des temps d’échange à propos du cas d’un patient atteint de fragilités mentales avec des professionnels médicaux et sociaux proches de lui.
Partenaires : Organismes HLM, bailleurs sociaux, organismes de tutelle, services d’insertion, de médiation et autres services publics …
Contact : Heulot Sonia, Infirmière / s.heulot@ch-guillaumeregner.fr

Chiffres clés

Lancement en 2004
7 membres permanents
Réunion 1 fois par semestre

A retenir

Un espace de rencontre des professionnels médicaux et sociaux sur l’enjeu de la santé mentale

Crédit photo : Adobe Stock

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi