Poursuivons la généralisation du Service Civique !

RésO Villes est signataire de la “Lettre ouverte des associations aux décideurs”

Extrait :
Le groupe de travail mis en place par le Président de la République sur le projet de Service National Universel va bientôt rendre ses conclusions et le débat bat son plein. C’est l’occasion pour nous tous, acteurs associatifs et mouvements de jeunesse,  de réaffirmer une conviction plus forte que jamais : un SNU sans développement massif du Service Civique n’aurait pas de sens !

Pourquoi ?
Tout d’abord parce que le Service Civique et le projet de SNU ont pour grande partie les mêmes objectifs…  En  parlant   du  projet  de  SNU,  Emmanuel  Macron  parle  de « donner  à  notre  jeunesse  la possibilité de se réunir autour d’un enjeu commun en abattant toutes les barrières sociales » et d’avoir «des  grandes  causes  à  défendre,  des  combats  à  mener  dans  les  domaines  social,  environnemental, culturel…». Ce  sont  ces  mêmes  objectifs  qui  ont  prévalu  à  la  création  du  Service  Civique  en  2010.  Depuis huit ans maintenant,  il permet justement  aux jeunes engagés  de se mobiliser  sur des causes qui leur tiennent à cœur, et d’aller à la rencontre des autres, de se confronter à la diversité, renforçant ainsi la cohésion sociale dont notre pays a plus que jamais besoin.

Ensuite  parce  que  le  Service  Civique  a  fait  la  preuve  de  son  efficacité  en  créant  un  espace d’engagement  qui s’adapte parfaitement aux envies d’implication des jeunes Français au service de l’intérêt général. Il permet  par  aill eurs  aux  associations,  commeau  services  publics,  de  pouvoir démultiplier  leurs  actions  par  la  mobilisation  de  jeunes  aux  compétences  variées  sur  une  durée adaptée aux besoins du terrain (6-12 mois). Le taux de satisfaction des jeunes après leur service est proche des 100%. Et six mois après leur service, 70% des jeunes sont en emploi ou en formation, plus confiants dans leur avenir, ayant muri leur projet de vie, et se sentant mieux armés pour s’y lancer. Le Service Civique permet une véritable expérience pratique de la fraternité par le «faire ensemble», il est aujourd’hui un pilier essentiel pour notre cohésion nationale. Il permet à des jeunes qui ne s’engageaient pas de le faire, il développe l’esprit de responsabilité et de citoyenneté, et permet à bon nombre d’entre eux, notamment  dans  nos  quartiers  populaires,  de  se  sentir  «appartenir  à  la communauté nationale» pour la 1ère fois…

Enfin, parce qu’il serait étonnant pour un gouvernement pragmatique de vouloir développer un nouveau «service national», sans développer ce Service Civique là, qui est reconnu comme l’une des politiques publiques les plus innovantes des dix dernières années. Le Service Civique étant par ailleurs inspiré de l’expérience précurseur d’associations de terrain, véritables «innovatrices sociales» (ce qui explique en grande partie sa réussite), et qui fait aujourd’hui consensus : il en va de la cohérence et de l’efficience de nos politiques publiques […]

Télécharger la lettre

Partager

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous aimerez aussi