Les femmes dans l’espace public

Au sein des anciennes ZUS, la part de femmes exprimant un sentiment d’insécurité dans leur quartier est plus de deux fois supérieure à celle des femmes de la France entière (31,7 % contre 14,7 %). Ce sentiment est par ailleurs beaucoup plus fréquent chez les femmes que chez les hommes, dans ces quartiers (écart de 12 points). Ce sentiment d’insécurité repose pour une part sur une peur issue d’un vécu personnel de l’insécurité et plus largement sur une inquiétude plus diffuse liée à un climat général de désordre, d’incivilités et de prégnance des trafics et consommations de drogues. Dans les faits, les femmes des ZUS ne sont guère plus exposées que les habitantes des autres quartiers aux atteintes personnelles : les violences physiques au sein du ménage (3,5 %) et dans l’espace public (3,2 %) y sont un peu plus importantes que dans la France entière (2,4 % et 2,1 %) et les injures concernent 13 % d’entre elles (contre 11 %).
Source : CGET

Repéré dans la presse

Espace public : l’urbanisme et le genre, je t’aime moi non plus / www.elueslocales.fr 19/09/2018
La ville est faite par les hommes, ce qui a pour conséquence directe d’en faire un espace dédié aux pratiques masculines. Cela n’est pas surprenant dès lors qu’on considère que l’urbanisme reflète notre société, et consiste en fait en la prescription inconsciente de rôles genrés – dont peuvent découler des inégalités – au moyen de multiples signaux, tels que l’accessibilité, l’habitat, les modes de transport ou encore le design urbain.

Pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les espaces publics des quartiers prioritaires. La gazette, 03/09/2018
Constatant une grave régression de la place des femmes dans les territoires de la politique de la ville, le Conseil national des villes (CNV), qui réunit les élus et les professionnels des quartiers, a publié en juillet un avis sur la place qui y occupent les femmes et les jeunes filles

Lutter contre la ville sexiste : l’importance de dresser un bilan statistique des disparités – La gazette 10/01/2018
Des comptages sexués des usages et des études qualitatives qui donnent la parole aux habitantes doivent être réalisés pour objectiver les inégalités entre les femmes et les hommes dans l’espace public.

Comment penser l’égalité urbaine femmes-hommes – Revue Urbanités 16/11/2017
Entretien avec Womenability autour cinq thèmes :
Racontez-nous une expérience urbaine marquante
Ville et engagement. Pour quels combats urbains êtes-vous prêt.e.s à vous engager ?
Ville et vulnérabilité. Qu’est-ce qui menace les villes ?
Ville et politique. En quoi les villes peuvent-elles être le lieu de nouvelles formes politiques ?
Ville et futur. À quoi voudriez-vous que votre ville ressemble dans cinq ans ?

Et si on repensait l’égalité dans l’espace public ? Respectmag 16/10/2017
Selon une étude Opinion Way, 61 % des personnes interrogées (échantillon mixte) estiment que les hommes sont traités avec plus de respect que les femmes dans l’espace public, c’est-à-dire dans la rue, les transports…

Espace(s) Public(s) – De Vienne à Casablanca : les femmes à la conquête de la rue – France Culture 11/09/2017
Arpenter les rues, prendre le métro ou le bus, ne sont pas des actes anodins lorsqu’on est une femme. En août dernier, une jeune Marocaine a été agressée dans un bus à Casablanca. Quelle place les femmes ont-elles dans l’espace public ? Quelles sont les voies pour sa ré-appropriation?
A écouter sur France Culture

Mieux accueillir les femmes dans l’espace public : le casse-tête des urbanistes et des chercheurs – Le Monde, 26/06/2017
Des événements récents dans certains quartiers de Paris et de sa banlieue ont mis en lumière un problème étudié depuis déjà des années, non sans difficultés.

Genre et Ville : A travers des ateliers participatifs, des sorties exploratoires, des marches sensibles, des échanges, l’étude de documents historiques et législatifs, les représentations, l’art, les travaux d’expert-e-s qui travaillent sur ces questions ici et ailleurs, cette plateforme de recherche et d’action analyse le territoire par le prisme du genre.

Des collectifs de femmes se mobilisent contre la masculinisation des cafés et des espaces publics – La prospective de la Métropole de Lyon, 14/04/2017
Un reportage de France 2 diffusé le 7 décembre 2016 dans le journal de 20h a fait réagir la classe politique : il s’ouvre sur des images d’un café à Sevran, uniquement fréquenté par des hommes où deux militantes de l’association Brigade Des Mères, rentrent et filment en caméra cachée.

Bar PMU de Sevran : la contre-enquête du Bondy Blog – 10/03/2017
Nathalie Bayon regrette “ces traitements journalistiques qui tapent toujours sur les mêmes”. Et de poursuivre : “J’ai habité dans un immeuble juste à côté de ce bar pendant plus de 15 ans et je n’ai jamais eu de problème, je suis très choquée. »

Les marches exploratoires

Quand des femmes changent leur ville en marchant – CGET, En bref #17, 04/2016
Arpenter la ville pour la rendre plus sûre et plus accueillante, revisiter le cadre bâti et les espaces publics, afin qu’ils soient davantage accessibles aux habitantes des quartiers politique de la ville, solliciter leur avis en leur confiant l’élaboration de diagnostics sur la sécurité dans leur cadre de vie : c’est la méthode des marches exploratoires des femmes.

Des marches exploratoires « pour réinvestir les espaces publics occupés par les hommes » – Le Monde, 20/05/2017
Depuis 2014, dans une douzaine de villes françaises, des habitantes tentent de se réapproprier l’espace public et améliorer leur environnement en arpentant les rues.

Les marches exploratoires soutenues par France Médiation
De 2014 à 2016, France Médiation a coordonné une expérimentation nationale de marches exploratoires de femmes dans 12 villes. Cette année encore, le réseau France Médiation souhaite accompagner de nouveaux sites à la mise en place de marches exploratoires. Les territoires sélectionnés bénéficieront d’un accompagnement gratuit du réseau à la mise en place des marches (appui méthodologique, outils, visites sur site) et de la mutualisation des frais de formation.
Date limite d’envoi des dossiers : le 29 septembre 2017

Crédit photo : Rennes Métropole – Didier Gouray