[Portrait] Désiré, dessine-moi un conseil citoyen

En deux ans, Désiré Mamboungou, médiateur social de la ville de Saint-Brieuc, a vu éclore trois conseils citoyens dans les quartiers prioritaires. Il les a accompagnés depuis leur création vers toujours plus d’autonomie pour coconstruire les quartiers de demain.


Nom : Mamboungou
Prénom : Désiré
Signe particulier : engagé, croit fermement aux valeurs citoyennes.
Fonction : Médiateur social, adulte relais de la ville de Saint-Brieuc depuis le 1er avril 2015.
Missions : Animation et coordination de trois conseils citoyens
Lieu : Saint-Brieuc, dans les trois quartiers prioritaires :
1    Balzac/ Europe/ Ginglin/ Ville Bastard
2    Croix Saint-Lambert/Ville Oger
3    Point du Jour/Wagon


« L’engagement citoyen me plaît énormément. »

Propos recueillis par Marie Fidel

Désiré, comment es-tu devenu médiateur social de la Ville de Saint-Brieuc ?

J’ai grandi au Gabon. Je rêvais d’étudier à la Sorbonne, c’est là-bas que j’ai suivi un parcours universitaire, à l’Institut des Sciences Sociales et du Travail. À Paris, j’ai eu une grosse expérience associative, dans la solidarité internationale, la culture, la défense de droits étudiants. Après un passage dans l’accompagnement de projets, j’ai voulu changer d’air et venir en Bretagne parce que j’avais de la famille ici. Cette proposition d’adulte relais faisait écho à mes valeurs, à ce que je souhaite faire : la proximité, le contact humain, la logique projet. C’était une belle opportunité.

Quelles sont tes missions ?

Je suis médiateur social, ou médiateur ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine). Je suis à l’interface entre les habitants et la ville de Saint-Brieuc. Je travaille au sein de la Direction de l’Action Citoyenne. Mes missions principales sont l’animation et la coordination des conseils citoyens. D’abord leur mise en place, car ils n’existaient pas, puis toutes les missions d’information, de médiation. Tout ça rentre dans le cadre de la gestion urbaine de proximité (GUP), dispositif qui émane directement de la Politique de la Ville.

Sur quels territoires interviens-tu ? Quelles sont leurs caractéristiques ?

Dans les trois quartiers prioritaires de Saint-Brieuc, la centralité n’est pas la même.
À Balzac/Europe/Ginglin/Ville Bastard (3500 habitants), les associations sont concentrées dans le Plateau, les habitants n’ont pas le même niveau d’information.
À Croix Saint-Lambert/Ville Oger (2000 habitants), c’est centralisé, avec l’espace de proximité, le centre social, la bibliothèque, le centre commercial. Le quartier a été refait, donc toutes les solidarités avant la destruction des tours sont à reconstruire.
Au Point du Jour/Waron (2000 habitants), c’est différent, parce que c’est un quartier en reconstruction. Les habitats sont éparpillés, c’est quasiment du porte-à-porte.

En pratique, comment se construit un conseil citoyen ?

Avant les conseils citoyens, il y avait les conseils de quartier, mais ils étaient seulement informatifs ou consultatifs. Quand je suis arrivé, il s’agissait de les transformer en conseils citoyens.

« À partir de maintenant, c’est à vous de jouer. »

Les habitants étaient déroutés. Recevant plus de responsabilités, ils devenaient acteurs de la politique de la Ville. Cela demandait beaucoup d’explications et six mois de pédagogie. On a eu un très fort soutien des institutions pour les reconnaître, les installer dans leur rôle. Aujourd’hui, ils se présentent naturellement comme conseillers citoyens de leur quartier.

Quels sont les prochains challenges ?

Le conseil citoyen est un bel instrument de démocratie participative, presque révolutionnaire, dans lequel l’habitant pourra récupérer sa capacité à agir et interpeller le préfet sur tous les sujets. C’est exceptionnel, ça va plus loin qu’une simple consultation, c’est une co-construction.
Ce n’est pas facile, cela nécessite un dépassement de soi, un aller vers l’autre, un compromis et c’est passionnant !

Le point de vue de Claudine Nivet, membre du conseil citoyen de Croix Saint-Lambert

« Le vivre-ensemble est important. »

« J’ai intégré le conseil depuis le début, ça va faire deux ans en juin. Comme le thème est le mieux vivre-ensemble, je souhaitais porter, partager avec les gens du quartier, des projets dans ce quartier qui est magnifique. On avait tous des idées. J’habite ici depuis plus de 20 ans. Le quartier a changé dans le positif. Je prends plus de temps maintenant pour discuter avec les gens, être polie. On aimerait que plus d’habitants participent. On travaille beaucoup. Cela se fera progressivement, je suis confiante ».

LES CONSEILS CITOYENS DE SAINT-BRIEUC
Créés par arrêté préfectoral du 4 juin 2015.

Mode d’emploi
•    Un quartier prioritaire = un conseil citoyen
•    Structures porteuses :
–    La régie de quartier (Balzac/ Europe/ Ginglin/ Ville Bastard)
–    Le centre social (Croix Saint-Lambert/Ville Oger)
–    La Citrouille (Point du Jour/Waron)
•    Participants :
–    Les habitants (tirés au sort ou volontaires)
–    Les acteurs locaux (associations et commerces)
•    Réunions :
–    mensuelles pour chaque conseil
–    annuelles à la préfecture pour les 3 conseils
•    Missions : être à l’initiative de projets, faire émerger la parole d’habitants peu entendus ; co-construire le contrat ville sur 3 axes (cohésion sociale — cadre de vie/santé- développement économique).

Les projets
Balzac/ Europe/ Ginglin/ Ville Bastard : papotage citoyen, opération quartier propre…
Croix Saint-Lambert/Ville Oger : journal. Repas solidaire et journée nature et environnement…
Point du Jour/Waron : stand sur le marché, pique-nique solidaire…

À venir : Saint-Brieuc TV, inventons notre regard…
Un média social fait par les habitants, pour les habitants.
L’objectif ? Changer l’image que les riverains ont d’abord eux même de leur quartier. S’ils ne l’aiment pas encore…
Lancement officiel le 20 mai.

Article mis à jour le 29 mars 2017