[Expérience] La Communication, cheval de bataille du Conseil Citoyen de Saint-Malo

Formés à la communication, les conseillers citoyens malouins sont plus que jamais prêts à jouer leur rôle d’intermédiaire entre les habitants et les acteurs publics.


Se former : le projet de l’année

Depuis le 1er juillet 2015, le Conseil Citoyen de Saint-Malo s’organise. Lentement mais surement, celui-ci a rédigé son règlement intérieur et vient d’achever son projet de l’année : une formation à la communication et à la cohésion de groupe. Cette dernière a pu être financée par les subventions de la Ville et de l’Etat.

C’est courant 2016 qu’Agnès Hautefeuille, animatrice du Conseil Citoyen et directrice du Centre Social de l’AMIDS, a contacté Compote de Com’ pour bâtir un plan de formation. L’agence, spécialisée dans l’ESS accompagne les associations et institutions dans leur stratégie de communication et la mise en place de supports adaptés.

« C’est la première fois que nous travaillons avec un Conseil Citoyen mais nous avons l’habitude de former des publics éloignés du monde de la communication. L’idée était de proposer des modules participatifs ancrés dans des problématiques concrètes », explique Aurélie Habasque, directrice de l’agence et formatrice Compote de Com’.

  

Les besoins des conseillers ont été clairement identifiés :

  • Se faire connaître des habitants, des acteurs locaux et des journalistes
    « Un journaliste du Télégramme me disait qu’il ne connaissait pas le Conseil Citoyen alors qu’il est présent sur le terrain tous les jours. Je lui ai expliqué la démarche depuis quand, comment et pourquoi : il l’ignorait », s’étonne Raphaël Coeuru, conseiller représentant le Comité  de quartier de la GARE
  • Poursuivre le recrutement de conseillers habitants
    Aujourd’hui le Conseil accueille 9 habitants et 8 représentants d’acteurs locaux. «L’objectif est d’inciter les habitants à se porter volontaires. Un Conseil Citoyen peut être constitué de 25 membres. Il y a déjà eu des départs et deux nouvelles recrues sont arrivées. Il faut donc continuer à recruter et donner envie aux gens de rester », insiste Isabelle Maïga, chargée de mission développement Social Urbain sur le Contrat de Ville.
  • Mettre en place les supports pour informer les habitants et remonter la réalité du terrain à la Ville
    « Je ne crois pas que les habitants ne sont pas intéressés, ils ignorent tout simplement ce que nous faisons », explique Francis Brillant, conseiller habitant Quartier de la Gare.
  • Etablir un lien continu avec les institutionnels pour que la consultation en amont devienne systématique
    « On nous consulte mais souvent après coup », regrette Charles Galopint, conseiller habitant, rue du Pérou.

A la découverte des réseaux sociaux

Un cursus de 4 jours a donc été élaboré mêlant découverte théorique, jeux et travaux pratiques.

Les deux premières journées, qui se sont déroulées en décembre puis en mars, ont permis de définir le positionnement du Conseil Citoyen et leurs besoins en communication :
•    Elaboration d’une feuille de route : quelles sont les forces/faiblesses du Conseil ? Quels outils peuvent être mis en place ?
•    Découverte des fondamentaux d’une identité de marque : principes d’une charte graphique, analyse de logos et de typographies.
•    Initiation à la conception de supports : hiérarchisation de l’information, visibilité et lisibilité, diffusion, aspects budgétaires…
•    Focus sur les relations presse.

Début juillet, la formation se poursuit avec une journée consacrée à la découverte des outils web : Youtube, Twitter, Instagram, mais surtout Facebook qui peut, dans le cas du Conseil Citoyen, se substituer à un site ou un blog.

L’ébauche d’une ligne éditoriale pour une page Facebook, détaillant les sujets et formats que le Conseil pourrait relayer, a ainsi pu être dessinée. Aurélie Habasque a sensibilisé les conseillers sur l’importance d’un process partagé de publication :

« Quel est le ton que vous pourriez employer sur la page du Conseil Citoyen ?  Il faudra arbitrer entre vos discussions internes ou personnelles et ce que vous avez envie d’afficher comme paroles concertées. »

Pour faciliter les échanges, elle a présenté au groupe quelques unes des possibilités offertes par un groupe fermé Facebook. Celui-ci pourrait être réservé aux membres du Conseil afin de partager des documents, une veille sur le quartier et éditer des sondages pour  prendre des décisions rapidement.

 

Quand le cheval nous guide

Enfin, la dernière journée s’est concentrée sur la cohésion de groupe. L’objectif : mieux se connaître individuellement et dans sa relation à l’autre pour mieux travailler ensemble.

La matinée, les conseillers ont pu échanger sur leurs profils de personnalité grâce à un outil simple et ludique : la roue des couleurs. Puis, changement de décor et direction Saint-Briac pour une après-midi en présence de… chevaux avec lesquels les conseillers ont pu réaliser des exercices du programme Equité. L’un d’eux consiste à faire un parcours à pied avec le cheval tout en ayant les yeux bandés. La personne est alors guidée par les autres membres du groupe. Les Conseillers ont rapidement remarqué que rien n’était possible sans une bonne écoute les uns des autres et sans préparation.

« Les exercices avec les chevaux sont vraiment révélateurs du caractère des uns et des autres. Nous nous comportons avec eux comme nous le faisons dans la vraie vie, mais le cheval va réagir en conséquence. Nous pouvons alors tout de suite débriefer. (…) Le cheval ne juge pas. Mais il réagit immédiatement à notre langage non-verbal et à nos intentions. Si la personne est trop directive, si elle n’écoute pas ou si elle n’est pas claire, il lui fera savoir immédiatement ! », précise Aurélie Habasque.

Et ce n’est que le début !

Grâce à ces 4 jours de formations, les conseillers citoyens de Saint-Malo peuvent attaquer la rentrée avec de nouveaux atouts !

Le panorama des outils présentés a éveillé la curiosité des conseillers qui, pour certains, découvraient leur existence.

« Avant la formation, je ne connaissais pas Facebook. » confie Eliane, conseillère citoyenne habitante du square des Caraïbes.

Si tous les outils ne sont pas encore mis en place, les conseillers ont déjà pu choisir de manière éclairée leur logo parmi les propositions réalisées par le service Communication de la Ville et créer une page Facebook.

Louise Chaufaux, habitante du Quartier des Provinces, se dit prête à donner son avis sur des supports de communication au sein du Conseil mais également à l’extérieur :

« Il y a beaucoup de choses que je ne connaissais pas avant ; ça me permet de m’ouvrir et de m’intéresser à tout ce qui se passe dans le quartier. Dimanche dernier, il y avait un pique nique, j’ai pu faire les flyers avec d’autres personnes : ça m’a permis de donner des idées. »

Une dynamique à poursuivre

Le Conseil Citoyen a pour habitude de se réunir mensuellement ; ce qui est finalement peu pour souder un groupe. La formation avec ses temps de pause et une sortie hors de l’environnement habituel a permis aux conseillers de mieux s’appréhender, d’accueillir un nouveau conseiller – Patrick, représentant de l’APE de l’école de la Découverte – et de discuter de divers sujets concernant le quartier.

« La formation nous a permis de mieux faire connaissance, ça nous libère un peu. » Sophie Gossuin, représentante de l’association Le Goéland.

Mais si les conseillers sont enthousiastes, ils ont aussi conscience du travail à mener et de la nécessité de pratiquer pour ne pas perdre les bienfaits de la formation.

« Il y a un ordinateur mis à disposition du Conseil Citoyen, il faut que les habitants s’en emparent et pratiquent ! (…) Il faut rapidement se remettre dedans et ne pas attendre la semaine prochaine pour faire ce qu’on a à faire sur Facebook. » Jean Pierre Petit, représentant de la CLCV.

Le Conseil Citoyen de Saint-Malo est donc en selle et fin prêt à communiquer, entre autre, sur les réseaux sociaux.

Retrouvez toutes leurs actualités après l’été sur leur page Facebook !

Crédit photos : Lydie Desriac

Article rédigé par Laura Wujek, mis en ligne le 21 août 2017.