Pour une approche non discriminatoire du fait religieux

8 octobre 2015, Nantes

Contexte

Pour clarifier un certain nombre de concepts et répondre aux interrogations émanant des professionnels intervenant auprès d’habitants des quartiers de la politique de la ville, trois centres de ressources pour la politique de la ville, Profession Banlieue (Seine-Saint-Denis), Trajectoire Ressources (Franche-Comté et Bourgogne) et RésO Villes ont organisé une formation-action animée par Dounia et Lylia Bouzar.

En 2013 et 2014, une vingtaine de professionnels de Bretagne (services de l’Etat, collectivités, associations) ont bénéficié de cette formation basée sur l’analyse de situations pratiques et des apports juridiques et théoriques. La même formation-action a eu lieu à Nantes en 2014 et 2015, organisée par le CID-Origi’Nantes (Centre interculturel de documentation) auprès des professionnels des Pays de la Loire.

C’est dans ce contexte que RésO Villes, en partenariat avec le CID-Origi’Nantes, a proposé une journée de réflexion et de débat autour du fait religieux, qui a réuni 80 participants.

081015_photo7     081015_photo5     081015_photo3

Retour sur les formations-action « Laïcité et égalité : pour une posture professionnelle non discriminatoire »

En s’appuyant sur les travaux des deux sessions de formation, Lylia BOUZAR a donné quelques clés de lecture aux professionnels de l’action sociale et éducative, afin qu’ils puissent se situer dans une posture professionnelle laïque et non discriminatoire. A partir du cadre juridique du principe de laïcité, des exemples concrets ont été donnés afin d’en analyser les applications pratiques.

Un éclairage sur les dérives sectaires liées à l’Islam, a permis aux participants de débattre et de tenter de différencier ce fait de société et les problématiques plus spécifiques aux quartiers prioritaires.

Pour en savoir plus sur les propos développés par Lylia Bouzar, consultez la synthèse de la formation-action organisée par les centres de ressources politique de la ville : Laïcité et égalité : pour une posture professionnelle non discriminatoire. Mars 2015

Les discriminations liées à l’appartenance religieuse réelle ou supposée, au regard des discriminations sociales et ethno-raciales

Les débats qui ont cours depuis les événements de janvier ont renforcé une lecture simpliste et sensationnaliste de sujets complexes (inégalités, gestion du fait religieux, rôle de l’école, politique de la ville). Les déclarations chocs contribuent à construire un problème médiatique et politique, renforçant des amalgames trop souvent relayés et en décalage avec les réalités économiques et sociales de nos territoires.

Lors de cette table ronde, il s’agissait de donner un espace de réflexion pour déconstruire, nuancer, analyser et remettre au cœur de nos priorités la question des discriminations et des représentations négatives des quartiers populaires, véhiculées notamment par les médias.

En présence de Sylvie TISSOT, sociologue, spécialiste des médias, de la politique de la ville, des discriminations ; Mustapha ACHBANI, membre de la Coordination citoyenne Pas sans nous ; Magali GROLLIER, journaliste à Jet FM ; Marc VALETTE et Céline ZIWES, représentants de l’IRDSU ;  Jean-Philippe CROISSANT, chargé de mission politique de la ville et lutte contre les discriminations à la DRJSCS Bretagne.

Pour en savoir plus, consultez les morceaux choisis de la table ronde : Islamophobie, laïcité et féminisme : avec quels mots penser les discriminations liées à l’appartenance religieuse réelle ou supposée ? Intervention de Sylvie Tissot

Crédit photos : Audrey MORAUX

081015_photo4     081015_photo6     081015_photo2