A Sablé-sur-Sarthe, un spectacle son et lumière sur l’histoire de La Rocade

Les 7 et 8 juillet 2017, à la tombée de la nuit, un spectacle son et lumière racontant l’histoire du quartier La Rocade va être dévoilé à Sablé-sur-Sarthe. Singularités de ce projet, intitulé Tous de loin, tous du coin et initié par la troupe de théâtre locale La Houlala Compagnie ? Il est co-écrit et interprété par les habitants, et bénéficie, par ailleurs, d’un soutien financier de l’Etat et de la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe, dans le cadre du Contrat de Ville.


Au sein du quartier de La Rocade, une barre HLM proche de l’école Saint-Exupéry va prochainement se muer en écran de projection pour des photos et des vidéos. En outre, devant ces tableaux lumineux et sonores, une petite centaine de comédiens, amateurs et professionnels, adultes et enfants, vont interpréter Tous de loin, tous du coin, un spectacle particulier à plus d’un titre.
En effet, ce projet s’inscrit dans le cadre du Contrat de Ville 2015-2020 passé entre la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe et l’Etat, relatif à deux quartiers prioritaires de la Ville : La Rocade et Montreux ; et axé sur trois grandes thématiques : Cadre de vie/Renouvellement urbain, Emploi et Développement, Cohésion Sociale.

« Le Contrat de Ville permet de mettre en œuvre des projets qui se recentrent sur les quartiers prioritaires et touchent à tous les aspects de la vie quotidienne, rappelle Lenaïc Guilmin, chargé de l’Habitat et du Contrat de ville à la Communauté de Communes de Sablé-sur-Sarthe. Par rapport à ces trois grandes thématiques, nous avons lancé un appel à projet auprès des associations de la ville il y a environ deux ans. Concernant la thématique Cohésion Sociale, la proposition de La Houlala Compagnie nous est apparue intéressante, car elle invitait les habitants à participer à l’écriture et à la réalisation d’un projet ayant à voir avec l’histoire des grands ensembles, plus particulièrement la création du quartier de la Rocade. »

Joséphine David, comédienne et co-fondatrice de la Houlala Compagnie
Véronique Top, chargée d’administration et de coordination pour La Houlala Compagnie
Lenaïc Guilmin, chargé de l’Habitat et du Contrat de ville à la Communauté de Communes de Sablé-sur-Sarthe

Son et lumière pour un spectacle magique et populaire

Pour Joséphine David, comédienne et co-fondatrice de la Houlala Compagnie en 2009, l’idée d’un spectacle participatif est apparue comme « une évidence » : « Notre troupe est basée dans le quartier de La Rocade. De plus, nous sommes habitués à travailler avec les habitants, enfants et adultes. D’où l’idée de les associer à l’écriture de ce projet. »

Retraçant l’histoire de La Rocade, des années 60 à nos jours, Tous de loin, tous du coin prend appui sur des témoignages d’habitants, collectés à partir de septembre 2016.

« Nous avons effectué une trentaine d’interviews, en donnant la parole aux premiers et aux derniers arrivants, que ce soit des familles monoparentales, des jeunes couples ou des seniors. Nous leur avons posé la question : « Quel rêve avez-vous pour le quartier ? » La réponse récurrente a été un besoin de convivialité et de se retrouver. D’où l’envie de mobiliser les gens autour du spectacle. »

Après une présentation du projet sous chapiteau en novembre 2016, l’écriture du scénario s’est poursuivie début 2017, puis les répétitions ont débuté en avril dernier, sous la direction du metteur en scène, Nicolas David.
Concernant la dimension artistique du spectacle, l’idée du « son et lumière » s’est progressivement imposée, en vue d’apporter une dimension « plus universelle, magique et populaire » au projet : « Ici, il n’y a pas de château médiéval, mais des bâtiments HLM. Nous allons donc utiliser une barre d’immeubles comme support de projection. précise Joséphine David. Comme c’est la première fois pour notre troupe, nous avons fait appel à un conseiller technique extérieur, Brice Taillandier, spécialisé dans la technique du mapping. »

La Rocade, des années 60 à nos jours

Les prémices du spectacle : assise sur un banc, une vieille dame rencontre des jeunes et se remémore l’histoire du quartier, amorcée en 1956 par la vente de la ferme de Monsieur Vieillerobe. A l’emplacement de cette ferme, se sont dressés les premiers bâtiments de la Rocade.
En une quinzaine de tableaux nourris de visuels et de témoignages oraux, Tous de loin, tous du coin dresse le portrait du quartier en une succession de saynètes, entre événements fondateurs et vie quotidienne. Cela va de l’arrivée des premiers résidents dans les années 60 au plein emploi à Sablé-sur-Sarthe, des petites révolutions domestiques (la première salle de bains) aux tensions entre habitants, sans oublier la mise en exergue du multiculturalisme de la Rocade, avec sa quinzaine de nationalités.
Pour interpréter ces différentes scènes, les 4 comédiens professionnels de la troupe sont entourés d’une trentaine de comédiens amateurs et de près de 70 figurants, tous habitants de la Rocade mais aussi de Montreux et des communes alentours de Sablé-sur-Sarthe.
Côté jeunes, une quinzaine d’enfants de 7 à 11 ans participent activement au spectacle dans le cadre d’un atelier, tandis qu’une vingtaine d’élèves d’une classe Segpa (section d’enseignement général et professionnel adapté) du collège Anjou s’investissent dans l’un des tableaux.
Côté adultes, le recrutement s’est fait, entre autres, par l’entremise du Conseil Citoyen de la Rocade, créé en mai 2015.

« Certains des membres du Conseil Citoyen nous ont rejoints pour former le noyau dur des interprètes, indique Véronique Top, chargée d’administration et de coordination pour La Houlala Compagnie. Dans un premier temps, certains ont participé au « Concerto pour poubelles », un spectacle créé par La Houlala Compagnie sur la thématique du tri sélectif, en réponse à une demande du bailleur social OPH Sarthe Habitat. Depuis, ces comédiens amateurs font le lien avec les autres résidents de leurs quartiers. Plusieurs s’investissent dans le recrutement de figurants et/ou bénévoles. Par ailleurs, de nombreuses associations nous ont soutenus dans ce projet (Alpha Sablé, La Croix Rouge – Unité de Sablé/Sarthe, l’A3CS) que ce soit pour poursuivre le recrutement, récupérer du matériel, des vêtements et accessoires, assurer la logistique et la sécurité de notre spectacle. »

« Faire bouger le quartier de La Rocade »

Résidant dans le quartier de La Rocade depuis 1993, Philippe Laurendin fait partie du noyau dur des comédiens amateurs. « Comme d’autres habitants, je vais être sur scène du début à la fin du spectacle. Grâce à ce projet sympathique, j’ai appris des choses sur l’histoire du quartier, des années 60 à aujourd’hui. Il nous arrive même de donner des idées pour le spectacle. Le metteur en scène, Nicolas David, est relativement ouvert à nos propositions. »
Il a fait connaissance de La Houlala Compagnie au Conseil Citoyen de La Rocade, qu’il a rejoint en février 2016. « Ma fille voulait jouer dans le « Concerto pour poubelles ». Alors, j’ai décidé de l’accompagner et de participer. »
Selon lui, cette aventure participative se traduit par la création de lien social. «On fait des rencontres, que ce soit des gens du quartier ou d’autres quartiers. On mange ensemble. On se donne la main en quelque sorte. C’est une belle histoire. Et, j’espère vraiment que ce spectacle son et lumière va faire bouger le quartier de la Rocade. »

Les 7 et 8 juillet 2017, vers 22 h 30, dans le quartier de la Rocade, à Sablé-sur-Sarthe.

Quelques Chiffres

1420, le nombre d’habitants du quartier La Rocade.
2 quartiers de Sablé-sur-Sarthe concernés par le Contrat de Ville 2015-2020 : La Rocade et Montreux (1000 habitants).
32% des habitants de La Rocade ont moins de 25 ans.
48% des personnes sont seules dans leur logement.
85 000 euros, budget total du spectacle Tous de loin, tous du coin, financé à hauteur de 22 000 euros par l’Etat et 11 400 euros par la Communauté de communes de Sablé-sur-Sarthe, dans le cadre du Contrat de Ville 2015-2020 ; 8000 euros par la DRAC de la Région Pays de la Loire ; 6000 euros par l’OPH Sarthe Habitat. Des demandes ont également été faites auprès de fondations privées.

Article rédigé par Isabelle Corbé
Mis à jour le 14 juin 2017